Bonjour,

J’ai constaté un paradoxe dans les projets SEO, plus le budget est petit, plus le client est attaché aux résultats potentiels. Au fur et à mesure des contrats j’ai donc recensé quelques bonnes pratiques pour ce genre de projet. L’article qui suit décrit les problèmes qu’en tant que référenceur vous allez/pouvez rencontrer sur ce genre de projet et vous donner quelques clés pour les résoudre.

Pour faciliter la compréhension, nous allons supposer que notre client démarre une activité (de moins de 2 ans) avec une petite équipe (moins de 5 personnes) et qu’il possède un budget de 300€/mois. Cette somme représente souvent beaucoup pour ce genre de client, car c’est sa seule dépense marketing.

 

1 – Quel temps consacrer au client ?

La quasi-totalité des référenceurs avec qui j’ai discuté de ce genre de projet m’ont fait la même réflexion, ils ont le sentiment de travailler beaucoup pour un coût très faible. Pour cela une seule décision à prendre, définir un taux horaire et s’en tenir strictement. Dans notre exemple, si vous considérez votre taux horaire à 50€/h, cela nous fait 6 heures de travail par mois (en général, je me garde une petite marge pour les promotions événementielles). Il faut également éduquer le client sur ce tarif qui n’est pas superflu pour lui en lui expliquant qu’il n’y a pas 500 travailleurs à distance prêt à répondre à tout moment à ses questions, que ce n’est pas votre seul client et que ce genre d’attitude est extrêmement chronophage dans votre journée de travail. En 6h00 de travail serein, on peut déjà accomplir énormément en référencement.

2 – Répartir le travail.

Réunis sous le terme SEO, se cache de nombreux aspects métier en réalité, du onsite/offsite, l’analyse du trafic, l’optimisation de la conversion, les réseaux sociaux, les études analytiques et les rapports, etc., etc… et vous devrez faire tout cela avec 300€/mois…. Le plus simple pour résoudre ce problème est de déterminer pour chaque client chaque mois a quoi sera consacré ce temps, ceci permettra en outre de ne pas oublier de client. Il ne faut pas oublier de communiquer à l’avance au client cette répartition, car sa priorité peut être différente que celle que vous aviez envisagé, par exemple travailler sur une extension de couverture de marché alors que vous avez prévu d’améliorer la conversion.

3 – Exclure ou simplifier des tâches.

Répartir toutes ces taches dans ce petit laps de temps de 6 heures n’est pas toujours facile. Le premier travail sur ce point est de réfléchir sérieusement à la simplification des tâches les plus longues car c’est souvent celles-ci qui seront le plus facilement factorisable avec d’autres clients. Rendez vos rapports plus simples, uniquement avec les informations importantes évitera du temps perdu à répondre à des questions obsolètes. Et gardez une trace de votre travail afin de vérifier que certaines tâches ne sont pas anormalement trop longues, n’oubliez jamais que ce qui ne peut être mesuré ne peut être amélioré. A l’inverse, évitez les mesures inutiles, fournir un rapport de tâches accomplies à la minute est inutile par exemple.

Si vous utilisez des services périphériques (analytics, projet etc., etc…), envisagez toujours de pouvoir fournir les informations brutes au client afin de ne pas avoir à créer vous-même les rapports, c’est un gain de temps énorme.

4 – KPI (ou ICP en français)

Il est indispensable de comprendre le métier du client pour être performant même dans le cas de projet à petit budget. Il ne faut pas oublier que le client va investir de l’argent sans garantie de résultat, et dans ce genre de projet, les résultats n’apparaitront que très rarement avant plusieurs mois. Il est donc indispensable de définir des indicateurs de clé de performance. Le premier indicateur que je mets systématiquement en place en plus du ROI est la courbe de progression car les contrats se signent en général sur 6 mois minimum et au terme du premier contrat, cet indicateur est souvent très pertinent et prometteur. Il donne au client un résultat visible de l’efficacité du travail accompli. Il faut noter que ces indicateurs ne sont pas forcément lié au ROI puisque après

Ces indicateurs vont vous permettre d’atteindre un objectif, celui du dernier point !

5 – Augmenter le budget du projet

Et oui, tout ça pour ça évidemment, en général, la question va se poser au bout de 6 mois environ si vous avez atteint les indicateurs fixés. C’est le moment le plus propice pour mettre en exergue la corrélation bugdet/amélioration des résultats au client, soit pour diversifier les services externes, soit pour augmenter votre temps sur le projet.

Certains points peuvent vous sembler banals, ils sont pourtant cruciaux pour la réussite de ce genre de projet, particulièrement si le client en question ne développe que très peu son activité pendant cette première période.

Bises,

Alexa